Nuit de la lecture

  le 19 janvier 2019

NuitLecture2019_Header Facebook_851x315px_38 Ko

Ce soir, nous vous ouvrons grand les portes jusqu’à 23 h, et vous proposons de venir fêter avec nous cette 3e Nuit de la lecture, dont nous faisons une Nuit de la médiathèque…

Bien sûr, vous pouvez flâner, bouquiner, écouter de la musique, jouer. Mais en plus de cela, nous avons invité plusieurs artistes amis… ils vont nous faire entrer dans la nuit de vive voix, puis en musique… Voici le programme :

 

17h30 : RIONS ! par le GIATHEATRE

 

Bien connu, le GIATHEATRE nous fait l’amitié de commencer son année anniversaire (ils ont cinquante ans en 2019!) à la médiathèque, pour cette Nuit de la lecture.

RIONS ! : c’est une griserie artistique, c'est du rire pour commencer l'année en compagnie d’auteurs humoristes tels que Pierre Desproges, Pierre  Dac, Raymond Devos, Alexandre Vialatte et quelques autres...

 

19 h : Une petite soupe ?

 

On a dit que l’on passait la soirée ensemble, non ? Restez donc manger une bonne petite soupe ici, on vous invite. D’autant plus que ce sont les amis du café associatif La Loupiote qui nous préparent cela, avec plaisir et talent.

 

20h30 : Linguae Francae (Création musicale)

 

De et par Alain BRUEL (accordéon-accordina-piano-compositions)

Richard HÉRY (Percussions-batterie-clarinette basse)

 

La soirée se poursuit en beauté et en musique, pour un concert inédit, une vraie création exclusive, en hommage à la culture méditerranéenne. Rythmes, mélodies et prosodies empruntés aux pays du pourtour de la mer Méditerranée. Poly-instrumentisme, instruments acoustiques et amplifiés, musiques écrites et improvisées.

 

"C’était écrit… Ceux qui naviguent beaucoup savent que le port n’est que de passage. Immanquablement, des trajectoires commencent à se ressembler, et dans des temps décalés, une idée de route se dégage, un peu plus fréquentée par quelques rares individus. Et ils se reconnaissent, de loin, parfois même de très loin. Dans l’instabilité ambiante, s’ils ralentissent, c’est seulement parce qu’ils ont beaucoup à assembler de ce qui résonne en eux, afin de le restituer à leurs frères humains. Navigateurs et musiciens ont ceci en commun.Et la forme de l’objet sonore, comme la mer, est toujours changeante. Seuls les ingrédients ne varient pas; immersion, intuition, tentatives et repères. Les partitions sont des cartes, les instruments des signaux, et sans complicité, pas de voyage. Les sons collectés dans le voyage parlent d’autres pays, d’autres langues et d’autres façons de voir la chose musicale, et même les choses en général. On y retrouve toujours le témoignage d’un imaginaire précieux car disséminé dans la mémoire collective, toujours prête à nous rappeler l’unicité poétique de l’humanité." Alain Bruel